Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Liens

La page facebook du blog

Mes tableaux sur Pinterest

 

Blogs sur les costumes

Cortana, Costumes et corsets

Costumière hystérique

Couture Stuff

Couture urbaine

Loose threads : yet another costuming blog

Sarabandes

Sempstress 

Talons aiguilles et vieilles dentelles

Temps d’élégance

The Art of Clothes

 

Blogs de joueurs de GN

Caméléon Symphonique

Capharnaüm

Dans la tête de Liette

Electro GN

L’arbre creux

L’atelier épicé de Dame Cannelle

Les gobelins savent coudre

Merou’s blog

Mistress of disguise

O’Kryn Prod

Trame de fée, le costumier de Marah

 

Blogs de reconstitution

19th century costuming

A day in 1862

Adventures of a costumers (XVIIIe et XIXe siècles)

American duchess (du XVIe au XVIIIe et début XXe)

Arachne’s blog (Moyen Age, filage et cartons)

Art, beauty and well-ordered chaos (toutes périodes)

A stitch in time (Moyen Age)

Atelier Jugen (XIXe principalement)

Costume Diairies (toutes périodes)

Dentelles et satin (XVIIIe-XIXe)

Einarr & Sigarda Girbeson (viking)

Historical Personality Disorder (toutes périodes)

Idlewild illustré (XVIIIe-début XXe)

Katie Jacobs (XIXe)

Kleidung um 1800 (1795-1820)

La retourneuse de temps (XVIIIe-XIXe)

L’Atelier de Mathilde (Moyen Age)

L’atelier des Fontaines

Le dressing de Melle de l’Isle (XVIIIe)

Les reconstitutions d’Hémiole (Moyen Age)

Medieval silkwork

Mes essais de costume (de la Renaissance au début du XXe siècle)

Perline la tisserande (Moyen Age, tissage, cartons et filage)

Quand s’habiller devient une histoire… (Québec, XVIIe et XVIIIe siècles)

Racaire’s embrodeiry and needlework (Moyen Age)

Romantic history (principalement XIXe)

Such a eternal delight (de la Renaissance au XIXe)

The Couture Cortesan (XVIIIe et début XIXe)

The fashionable Past (de Marie Antoinette au XXe siècle)

The lady’s guide for re-enactress (XIXe)

The Story of a seamstress (XIXe, US)

Victorian times (XIXe, US)

 

Blogs de couture vintage

Elegant Musing

We sew retro

 

Blogs sur l’histoire de la mode

Femmes en 1900

Le costume dans tous ses états

Le costume historique

Les petites mains, histoire de la mode enfantine

OMG that dress !

 

Forums et communautés

La joieuse Aiguille

Les fées tisseuses

Ravelry

Thread and needles

 

Et  pour finir, un peu de cuisine (parce que c’est pas tout, mais qu’est-ce qu’on mange ?)

A la table de Gaëlle

A la table de L

Antigone XXI

Auntie Jo funny little kitchen

Chocolat etc.

Cléa Cuisine

La cuisine de Mercotte

Mais pourquoi est-ce que je vos raconte ça…

Recettes de conserve maison

 

Rechercher

Archives

/ / /
Petits conseils tirés du manuel de coupe Lutterloh

Comment ferez-vous votre choix dans la «Coupe d’Or» ?

L‘habit fait le moine, dit le proverbe, mais sont-ce seulement les vêtements riches et coûteux qui déterminent l’élégance de la femme ? N’est-il pas plus important encore qu’une robe ait été choisie avec tact quant à la forme, la couleur et la coupe, que celle qui porte sache décider sûrement quel vêtement conviendra en telle circonstance et à telle heure de la journée, manifestant ainsi son bon goût et son cachet personnel ? C’est par sa sobriété et sa simplicité, et non par son excentricité, que la femme élégante se fera agréablement remarquer.  

La «Coupe d’Or» espère devenir pour chacune de vous un conseiller et un guide dans la recherche de «votre» personnalité et en même temps vous diriger quant à la confection  votre garde-robe.

La femme bien habillée commence la journée en robe de chambre. Pour l’été celle-ci sera en toile imprimée ou en rayonne de fantaisie et aura toujours un aspect coquet et soigné. Pour l’hiver en flanelle, en lainage souple ou en soie matelassée, douillette et seyante. Coupée en forme ou droite, ornée de revers ou boutonnée jusqu’à l’encolure, fermée par des boutons ou des agrafes invisibles, avec de grandes poches appliquées ou de petites poches fendues passepoilées, unie avec une garniture contrastante ou imprimée, toujours élégante et pratique si elle est choisie judicieusement selon le type de celle qui la porte.

La femme qui travaille l’échange bientôt pour une petite robe sobre ou un ensemble net, pour se rendre à son bureau. Elle donnera la préférence aux blouses claires, proprettes et gaies. Pour l’été une simple robe lavable, pour l’hiver une sportive robe de lainage conviendront également.

La ménagère elle aussi adoptera cette note sportive. Pour vaquer à son ménage elle protégera sa robe par un petit tablier ou une blouse de couleur, pour lesquels, toujours soucieuse de plaire, elle aura choisi un modèle coquet et seyant.

Pour faire ses emplettes elle revêtira un paletot trois-quarts de forme vague ou une veste à carreaux ajustée et assortie à la jupe, ou bien encore, selon la saison, un manteau confortable.

Les préférences de la femme élégante iront toujours au costume tailleur, indépendant des caprices de la mode, et pouvant se porter le matin comme l’après-midi. La première place toute garde-robe élégante lui sera toujours réservée. Son aspect variera à l’infini grâce à un jeu de blouses diverses et il se portera, selon les circonstances, avec un chapeau habillé ou un simple béret. Lorsque le temps paraît menaçant elle se munira d’un manteau de pluie ou d’un imperméable qui la protégera du vent et de la pluie. Elle n’oubliera pas non plus un parapluie d’un modèle nouveau, complément indispensable de toute garde-robe élégante.

Pour l’après-midi un champs plus vaste sera ouvert à la fantaisie. Les couleurs et les formes pourront être plus audacieuses. La robe d’après-midi ou de thé, avec le chapeau assorti, s’accordera harmonieusement au manteau élégant qui l’accompagne. Le chapeau sera garni avec l’étoffe de la robe et complété par une petite voilette. Un sac original et des gants assortis donneront à l’ensemble un cachet personnel.

Dans la gamme des couleurs le noir garde son rang de favori. Il est particulièrement seyant pour les silhouettes un peu fortes. Une robe noire, asymétriquement drapée ou travaillée de plis et de nervures sera toujours distinguée. On pourra la garnir d’un plastron et de boutons dorés ou d’un col de lingerie qui lui donnera un aspect frais et jeune.

On ne négligera évidemment pas le choix de la chaussure, complément de toute garde-robe élégante : sobre, sportive ou habillée, la chaussure doit être assortie au vêtement et sera choisie avec le même soin que le chapeau ou les colifichets.

La robe du soir aura toujours un caractère très habillé. Pour une jeune fille vous choisirez de préférence un tissu vaporeux, une nuance douce ; des volants, ruches, drapés, rubans accentueront l’aspect juvénile et gracieux.

Pour le bal et les grandes réceptions la femme élégante choisira surtout le blanc et le noir, ou bien encore une étoffe de couleur, unie ou d’un dessin original. Une coupe raffinée soulignera la ligne élégante. Sur un grand décolleté on portera une cape de fourrure, encadrant gracieusement le visage. Le choix des bijoux qui accompagneront la robe du soir est très important. Ils donneront à l’ensemble un caractère particulièrement somptueux. La robe de bal soulignera les mouvements gracieux de la danseuse et sa coupe suivra harmonieusement la silhouette. C’est pourquoi un modèle très ample sera extrêmement seyant. La teinte de la robe sera choisie en harmonie avec la chevelure et avec la personnalité de celle qui la porte.

Mais que devient dans tout ceci la sportive ? Elle trouvera évidement dans la «Coupe d’or» la coquette robe de tennis en toile blanche ou en rayonne, le short accompagné d’une blouse blanche et d’une jupe boutonnée qu’elle revêtira après le jeu ; un paletot trois-quarts de lainage moelleux, le dos coupé en forme, orné d’un grand col et de manchettes, évitera à la joueuse un refroidissement.

Pour la mer vous trouverez des ensembles de plage, convenant également pour les jeunes filles, et qui animeront la plage de leurs vives couleurs. Manteau de plage et sac de plage assorti, long pantalon, voilà l’équipement favori. Pendant les vacances, lorsque le soleil brunit la peau, les couleurs vives et les étoffes bariolées sont particulièrement jeunes et seyantes. Ne pas oublier le blanc, très flatteur avec une peau bronzée.

Celle que les vacances conduiront à la campagne ou à la montagne choisira une robe paysanne ou un costume tyrolien qu’elle accompagnera d’un petit feutre vert. Pour le voyage nous vous présentons un confortable manteau à pélerine ou un sobre costume sport, agrémenté d’une blouse claire. Ici aussi les accessoires sont importants : sac bien choisi,  parapluie, chapeau et gants complètent la garde-robe de voyage de la femme à la page. Une chaussure de daim à semelle de crêpe permettra d’affronter sans fatigue la marche la plus longue.

Qu’il s’agisse de vêtements de voyage ou de sport, de jour ou de soir, l’essentiel est que la femme qui désire être bien habillée sache ce qu’elle peut porter, qu’elle ait un goût sûr et ne recherche pas l’excentricité. Elle saura souligner le charme de sa personnalité par des vêtements discrets, élégants, bien coupés. Nos conseils vous permettront d’atteindre cet idéal. Notre manuel vous fournira le modèle convenant à chaque occasion et que vous pourrez exécuter vous-même grâce à nos patrons. Choisissez !


Le new look
     La carrière dans la haute couture de Dior commence sur le tard, après avoir vivoté de tout et de rien dans les années 30. A croire qu'il lui fallait ce contexte très spécial de l'immédiate après-guerre pour révéler son talent.
    Il faut voir de quoi on sortait : en 1947, la France commence à peine à se relever des dégats de la guerre. On vit encore avec des tickets de rationnement, y compris pour le tissu ! Pour la mode, l'occupation de Paris pendant 4 ans a fait perdre à la capitale française son statut de capitale de la mode, d'autant plus que l'industrie américaine perd de son aspect provincial et devient une réelle concurrente. Les restrictions ont forcé à adopter une ligne simple, aux vestes courtes, aux épaules carrées et aux jupes droites :2GM1.jpg2GM4.jpg
   Et là dessus arrive le new look et ça n'a rien à voir !!!
    D'abord en ces temps de vaches maigres il ne se gène pas à utiliser des mètres et des mètres de tissu. Dior va créer des modèles très structurés et très volumineux. Le New Look est caractérisé par une taille très marquée et des épaules rondes. La silhouette Dior promeut les longues jupes juponnantes sous un buste souligné, dans une profusion de tissus (jusqu'à 40 mètres de circonférence pour le modèle phare Diorama). Pour obtenir un tel résultat c'est le retour des jupons volantées et du corset. Et oui, on ne s'en débarasse pas si facilement...
    C'est une peu comme si après une période très dure, on voulait retrouver les fastes des crinolines, en plus modernes bien sûr. Les femmes veulent aussi être des princesses...
newlook-1949.jpg
dior1.jpg
dior2.gif
dior3.jpg
   
Le New Look de Dior connut un succès fulgurant dans le monde, malgré de nombreux détracteurs, notamment aux États-Unis, qui reprochaient au couturier de cacher les jambes des femmes.

Partager cette page

Repost 0
Published by