Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Liens

La page facebook du blog

Mes tableaux sur Pinterest

 

Blogs sur les costumes

Cortana, Costumes et corsets

Costumière hystérique

Couture Stuff

Couture urbaine

Loose threads : yet another costuming blog

Sarabandes

Sempstress 

Talons aiguilles et vieilles dentelles

Temps d’élégance

The Art of Clothes

 

Blogs de joueurs de GN

Caméléon Symphonique

Capharnaüm

Dans la tête de Liette

Electro GN

L’arbre creux

L’atelier épicé de Dame Cannelle

Les gobelins savent coudre

Merou’s blog

Mistress of disguise

O’Kryn Prod

Trame de fée, le costumier de Marah

 

Blogs de reconstitution

19th century costuming

A day in 1862

Adventures of a costumers (XVIIIe et XIXe siècles)

American duchess (du XVIe au XVIIIe et début XXe)

Arachne’s blog (Moyen Age, filage et cartons)

Art, beauty and well-ordered chaos (toutes périodes)

A stitch in time (Moyen Age)

Atelier Jugen (XIXe principalement)

Costume Diairies (toutes périodes)

Dentelles et satin (XVIIIe-XIXe)

Einarr & Sigarda Girbeson (viking)

Historical Personality Disorder (toutes périodes)

Idlewild illustré (XVIIIe-début XXe)

Katie Jacobs (XIXe)

Kleidung um 1800 (1795-1820)

La retourneuse de temps (XVIIIe-XIXe)

L’Atelier de Mathilde (Moyen Age)

L’atelier des Fontaines

Le dressing de Melle de l’Isle (XVIIIe)

Les reconstitutions d’Hémiole (Moyen Age)

Medieval silkwork

Mes essais de costume (de la Renaissance au début du XXe siècle)

Perline la tisserande (Moyen Age, tissage, cartons et filage)

Quand s’habiller devient une histoire… (Québec, XVIIe et XVIIIe siècles)

Racaire’s embrodeiry and needlework (Moyen Age)

Romantic history (principalement XIXe)

Such a eternal delight (de la Renaissance au XIXe)

The Couture Cortesan (XVIIIe et début XIXe)

The fashionable Past (de Marie Antoinette au XXe siècle)

The lady’s guide for re-enactress (XIXe)

The Story of a seamstress (XIXe, US)

Victorian times (XIXe, US)

 

Blogs de couture vintage

Elegant Musing

We sew retro

 

Blogs sur l’histoire de la mode

Femmes en 1900

Le costume dans tous ses états

Le costume historique

Les petites mains, histoire de la mode enfantine

OMG that dress !

 

Forums et communautés

La joieuse Aiguille

Les fées tisseuses

Ravelry

Thread and needles

 

Et  pour finir, un peu de cuisine (parce que c’est pas tout, mais qu’est-ce qu’on mange ?)

A la table de Gaëlle

A la table de L

Antigone XXI

Auntie Jo funny little kitchen

Chocolat etc.

Cléa Cuisine

La cuisine de Mercotte

Mais pourquoi est-ce que je vos raconte ça…

Recettes de conserve maison

 

Rechercher

Archives

1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 14:15

imag00121    Vous vous dites ça y est, elle déraille. Ou alors elle vient d'un pays étrange où le 1er avril, au lieu d'accrocher des poissons dans le dos, on accroche des moutons ?!
    Mais non ! C'est une façon de rendre hommage à l'initiative d'Aji, qui a lancé ce grand jeu de saute-mouton, le 30 mars. Dans environ 80 blogs, chacune a montré son mouton et on a ainsi pu sauter d'un mouton à l'autre, d'un blog à l'autre.
    CHAPEAU LES FILLES !!!

    Mon agneau s'appelle Rouge (original n'est-ce pas ?) il habite sur mon balcon et vu la taille d'un balcon parisien ne se nourrit que de persil et de ciboulette (elle sont pas jolies mes petites plantes ?).

    P.S. : je crois que je viens de créer mon premier rétrolien, j'espère que ça marche.

Repost 0
Published by Lorelyn7 - dans Vie du blog
commenter cet article
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 01:06

J'ai oublié de vous dire que je suis aussi sur annublog : l'annuaire des blogs de couture etc... qu'il faut absolument que vous regardiez. c'est l'idéal pour d"écouvrir d'autres blogs sympas au hasard des rencontres...
t_bouton_annublog1

Repost 0
31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 23:09

     J'avais prévu aujourd'hui de compléter les explications pour la cape avec celles pour une capuche et pour des attaches.
   Mais ce matin, je descends au supermarché et entre deux salades, j'entends une pub pour le salon créativa de Paris, du 30 avril au 2 avril à l'espace Champerret. Je savais vaguement que c'étais ce week-end, mais je ne comptais pas y aller. Je me disais : à quoi bon, de toute façon tu n'as le temps de ne rien faire. Et puis avec ce petit blog, je me suis dit que finalement, même moi j'étais capable de mener des projets à bien et que ce n'était pas impossible.
     Voilà le site des salons créativa où vous trouverez des bons de réduction d'1E50 sur le prix d'entrée de tous les salons créativa et pas mal d'autres infos sympas : http://www.creavenue.com/Common/Default.aspx

    Donc je vais à la porte de Champerret. Déjà, pour trouver ledit espace, ce n'est pas évident puisque c'est en retrait de la rue et en sous-sol, mais je trouve. Je ne suis pas déçue de ma visite. Il y a moins d'exposants qu'au salon de la création et du savoir-faire de décembre, mais il y a vraiment de bonnes trouvailles. Et l'avantages de pouvoir y aller le vendredi, c'est qu'il n'y a pas trop de monde, on peut s'approcher et discuter tranquillement... Quel luxe !

    Voilà mes coups de coeur parmi les exposants, en matière de couture bien sûr.
    - les perles de Murano de Caticata. C'est très joli les perles de murano et il y a aussi des breloques adorables.
    - les jolis sacs en lin brodés, peints, décorés de Chloro'fil. Sur la page d'accueil vous verrez une photo du stand.
    - Dans la demeure de Camille, on trouve de l'organza métallique et de la nacre pour faire des bijoux. Les textures sont très intéressantes. Il y a aussi de jolis doudous pour les petits bouts d'chou et même pour les grands. C'est à la fois naïf et si joli.
    - Des kits pour créer des sacs vraiment originaux chez la Malice.
    - Les ateliers de Matière Créative à Paris : des bouts de tout pour des résultats personnalisés.
    - Le truc à la mode au salon, la nouveauté que l'on trouve partout : le travail de la laine cardée pour créer des accessoire : aiguilletage et laine cardée chez Pain d'épices.
    - Après les créations en lin, de jolies créations en feutrine chez the Cinnamon Patch.
    Bref, plein de trouvailles et d'envies.

Mes achats.
Bah oui, j'ai craqué. Beaucoup. Mais c'est pas si souvent qu'on trouve autant d'occasions de tentations réunies.
saloncreativa1
    D'abord je suis tombée sur le stand d'Alladin. Ils vendent un produit miracle qui répare les trous, une sorte de colle qui n'en est pas vraiment une, c'est un soudeur à tissu. Un produit vraiment magique. Si vous les cherchez, ils sont basés à Rennes.
    brodeusesEnsuite, arrivée au stand des édition Didier Carpentier, il y avait l'auteur du livre sur la broderie de Lunéville. J'adore la broderie de Lunéville depuis que j'ai vu le film Brodeuse. Un film fantastique au demeurant avec une grande sensibilité dans les couleurs. La broderie de Lunéville est aussi celle qui est utilisée dans la haute couture pour les broderies de perles et de paillettes. Ça se fait avec un crochet sur l'envers du tissu. Bon, pour l'instant je n'ai pas encore acheté le crochet etc... mais je potasse.
Par contre je suis trop bête, j'ai discuté 20 minutes avec l'auteur et je n'ai même pas pensé à lui faire dédicacer mon livre, non mais !!



    Et puis j'ai fait une folie. J'y peux rien, rien qu'en voyant le stand j'en avais envie et la démonstration a aggravé mon cas. Avant que le démonstrateur n'annonce le pris, je savais que j'étais fichue. Mais quand il a anoncé qu'il faisait une remise d'un tiers du prix et que puisque j'étais étudiante, je pouvais payer en trois fois, ce n'était plus une folie, mais la chose la plus raisonnable à faire. Alors voilà pourquoi j'ai craqué : ça s'appelle la coupe d'or. C'est une méthode qui permet à partir du tour de hanche et de poitrine de faire tous les patrons à sa taille sans se prendre la tête.
    J'étais sceptique, sauf que ça marche !!! Moi je ressemble à un sablier, alors une méthode de coupe sans tour de taille, ça me semble douteux. Mais pour la démonstration, le vendeur a pris une dame qui, elle, ne ressemblait pas du tout à un sablier et ça marche. Et pour finir de me déculpabiliser, il faut bien voir qu'il y a moyen de faire environ 280 patrons avec la boite de départ ce qui fait le patron à 40 centimes d'euro (à peu près). Et puis si dans vingt ans je veux m'y remettre ça marchera encore. En plus, il faut bien voir que je n'investis pas égoïstement que pour moi, mais aussi pour maman, ou Julie ou Marie, et si elles demandent gentillement je leur prêterai. Bref tous les prétextes sont bons pour se justifier. En fait ce truc est tout simplement génial.
    Et au final quand j'ai montré ça à mon chéri, il a dit qu'il n'y comprenait rien mais que j'avais raison. Me voilà rassurée.

    Malgré toute cette activité, j'ai quand même fait un petit quelque chose pour vous : j'ai ajouté des liens. d'autres suivront, mais il faut que je m'y retrouve dans le fatras qui me sert de marque-pages.

Repost 0
Published by Lorelyn7 - dans Vie du blog
commenter cet article
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 18:59

Retrouvez moi sur booster blog.
logo1à l'adresse : http://www.boosterblog.com

Laissez-moi une bonne note !!!

Repost 0
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 18:08

cape2    La cape est un accessoire fantastique qui vous donne tout de suite l'air de sortir d'une autre époque. Ça tombe bien car c'est aussi un des élements de costume les plus faciles à réaliser. Et ça ressert pour toutes les occasions :
    - une fête médiévale : une cape longue dissimule des éléments passablement médiévaux.
    - halloween : vous avez déjà vu un vampire ou une sorcière sans cape ?
    - La cour d'Henri III : la cape courte s'y appelle manteau et nul gentilhomme n'envisagerait de sortir sans, ne serait-ce que pour la déployer sur le passage de la dame de son coeur, lui évitant ainsi le désagréable déshonneur de mouiller ses pieds.
    - Au XIXe siècle : une cape courte tombe bien mieux sur une robe à crinoline que n'importe quel manteau.

    Bref, c'est l'indispensable facile.

    Choix du tissu.
    Tout dépend de l'effet recherché et des circonstances. Si vous comptez la porter à l'extérieur en hiver, un beau lainage s'impose. Mais si c'est pour la fête de Provins en plein mois de juin, mieux vaut éviter.
    Une tendance gothique s'accommodera d'un velours léger (pane de velours) ou d'un joli satin. Si les amateurs de fantastique aimeront aussi le velours, les GNistes auront tout intérêt à choisir un velours d'ameublement, plus épais, pour qu'il tienne le coup.

Le patron.
cape51    La seule mesure nécessaire, c'est celle de la longueur désirée : de l'épaule à la taille, de l'épaule au genou, aux chevilles...
    A partir de cette mesure, d'une ficelle et d'une craie à tailleur, tracez sur le tissu un demi-cercle. Tracez en un deuxième avec le même milieu pour l'encolure : la mesure dépend du tour de cou de chacun, il vaut mieux commencer par tracer le second demi-cercle trop petit et avoir à retailler que trop grand.
    Découpez le demi-cercle, placez-le sur vos épaules. C'est presque fini.
    Si le tombé des épaules ne vous convient pas, vous pouvez les ajuster : attachez la cape sur le devant comme vous comptez la porter et marquez aux épaules des coutures qui permettront de mieux l'ajuster.
    Selon le tissu que vous aurez choisi et l'effet recherché, il vous faudra ourler la cape, mais le lainage peut très bien s'en passer.
    On peut aussi rajouter une parmenture que l'on fait selon le patron de l'encolure.
    On peut aussi doubler la cape, mais là encore toute dépend de l'épaisseur du tissu, de l'effet qu'on veut provoquer, du temps qu'on veut y passer... Dans tous les cas, procéder pareillement avec la doublure et la coudre sur la cape.

    Autres patrons, tirés de l'encyclopédie médiévale de Viollet-le-Duc :
cape61
cape7









    L'avantage du premier patron, c'est qu'il demande moins de tissu pour un aspect déjà très ample.
    Pour obtenir une cape avec des pointes, ne découpez, dans une pièce de tissu rectangulaire, que l'encolure, les coins du tissu une fois en forme feront quatre pointes. Idéal pour le costume d'un jeune vampire par exemple.

    Pour les plus frileux, on peut pratiquer deux fentes au niveau des coudes qui permettent de glisser les mains à l'extérieur sans avoir à écarter les pans de la cape. Toujours d'après Violet-le-Duc, mais sur une cape circulaire :
cape3

Repost 0
29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 23:34

C'est bien parce que vous m'avez l'air sympathique et que cette recette est délicieuse.

Pour 4 personnes.
1,25cl de bouillon de légumes
2càs d'huile d'olive
300g de blancs de poulet émincés
250g de petits champignons de Paris, coupés en deux.
Une pincée de noix de muscade
2 gousses d'ail pilées
20g de beurre
1 petit oignon finement haché
385g de riz à risotto : arborio, vialone nano ou camaraloi (avec les autres riz, ça ne marche pas).
170ml de vin blanc sec
3càs de crême aigre (la crême fraîche fait l'affaire).
50g de parmesan rapé
Persil, sel et poivre.

Portez le bouillon à ébullition, réduisez le feu et maintenez un léger frémissement.
Chauffez l'huile dans une casserole, faites-y revenir le poulet 3 à 4 minutes, à feu vif. Ajoutez les champignons et continuez la cuisson encore 1 ou 2 minutes. Incorporez la noix de muscade et l'ail, salez et poivrez et finissez la cuisson pendant 1 minute encore. Retirez la préparation de la casserole.
Dans la même casserole, faites fondre le beurre et faites revenir l'oignon 4 à 5 minutes à feux doux. Ajoutez le riz, mélangez bien, il doit devenir translucides. Ajoutez le vin blanc et laissez-le s'évaporer. Puis versez une louche du bouillon chaud et faites mijoter à feu moyen, en remuant constamment (c'est bon pour les biceps). Quand tout le bouillon est absorbé, versez une autre louche. Continuez à mouiller ainsi pendant 20 minutes jusqu'à ce que le riz soit crémeux.
Retirez la casserole du feu et incorporez la crême aigre, le parmesan et le persil. Rectifiez l'assaisonnement et servez aussitôt


Repost 0
29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 23:12

    D'abord parce que pourquoi pas moi ? Moi aussi, je sais faire de jolies choses. Moi aussi, je peux donner de bonnes idées.

    Et puis j'aimerais bien savoir  ce qu'on en pense de mes jolies choses... Ça vous plaît ?

    Nous avons toutes nos spécialités : petites cousettes, fanas du tricot, brodeuses expérimentées... Moi, ce que j'aime, c'est les costumes. J'ai commencé par les costumes médiévaux, mais ça gagne petit à petit les autres époques. Mais quand on regarde sur le net, il n'y a pas grand chose sur le sujet en français. Il y a bien quelques sites de patrons (je vous les mettrai en lien, promis) mais dès qu'on commence à chercher vraiment, on tombe sur des sites en anglais... Ils sont très forts pour la reconstitution, les Anglais. Mais ce qui n'est pas simple en français devient carrément compliqué dans la langue de Shakespeare. Ce qui fait que pour créer le costume dudit Shakespeare, il faut sortir le dictionnaire et la calculette (1 inch = ~2,5cm). C'est pas pratique de surfer avec un dictionnaire.

    Mais t'as pas le temps !!!
    Ce n'est pas faux, mais je vais justement essayer de me motiver pour vous fournir de bonnes idées. Même si vous m'excuserez de ne pas avoir d'idées géniales tous les jours. Mais dès que j'en ai une, promis, je la poste.
    Et puis je ne suis pas obligée de ne parler que couture. Par exemple : hier soir j'ai essayé une recette de risotto aux champignons et au poulet qui mériterait d'être en ligne...

    Surtout n'hésitez pas à me laisser des commentaires, un petit coucou quand vous passez.

Repost 0
Published by Lorelyn7 - dans Vie du blog
commenter cet article
29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 22:53

Roulements de tambours...

Ruban rouge...
images1Un coup de ciseaux -
quoi de plus facile pour une couturière ?



L'atelier d'Arachnée est en ligne !!!
Soyez tous les bienvenus.
ptfoursVous reprendriez bien de ces petits fours virtuels ? Le pixel, ça ne fait pas grossir.






Mais pourquoi l'atelier d'Arachnée ?
Je vais vous raconter une histoire :
dans la région de Lydie, célèbre pour la variété et la qualité de ses teintures utilisées dans la coloration des vêtements, vivait une superbe et laborieuse jeune fille, appelée Arachné. Elle était la fille d'un teinturier et, dès son enfance, la jeune fille s'était familiarisée avec les tissus et les colorants à base de pourpre que son père élaborait en guise de teintures. Arachné grandit entouré de laines, de fuseaux et de quenouilles. Elle apprit très jeune l'art de la couture. Ainsi au fil du temps, elle devint la plus célèbre tisserande et brodeuse de la région. Nul ne l'égalait. Mieux encore, la qualité de ses ouvrages était vantée dans tout le pays.
Un beau jour, la jeune Arachné conclut qu'elle seule était capable de tisser et de broder la plus belle des tapisseries. Aussi n'hésita-t-elle pas à défier Athéna, déesse protectrice des arts et métiers. "Je suis persuadée, se dit l'audacieuse Arachné, qu'Athéna en personne ne peut rivaliser d'adresse avec moi ; elle ne peut tisser et broder des tapisseries aussi splendides que les miennes". Athéna eut vent des prétentions d'Arachné et se déguisa en vieille femme, sollicitant du travail dans son atelier. La jeune fille jugea cette demande fort opportune, car la présence d'une vieille femme expérimentée dans son atelier lui serait fort utile. Elle l'engagea donc. Quelques jours plus tard, la vieille femme tenta de persuader la jeune fille de ne pas comparer son adresse à celle de la déesse Athéna. Mais Arachné, balayant les commentaires de la vieille femme, n'en démordit pas et maintint son défi. Soudain, la vieille femme se redressa, releva la tête et quitta ses habits. Arachné, surprise, avait devant ses yeux la déesse Athéna qui, maniant l'aiguille avec dextérité, broda une tapisserie figurant tous les dieux de l'Olympe en grande majesté, chacun sur son trône, jugeant et châtiant tous les humains qui avaient osé égaler les dieux.

Loin d'être intimidée, la jeune Arachné se mit à l'ouvrage. Elle tissa, fila et cousit nuit et jour. Elle élabora une superbe tapisserie représentant les dieux de l'Olympe. La broderie montrait avec détails leurs infidélités et leurs abus envers les femmes et les filles des mortels. Athéna, ivre de colère, lacéra de sa lance la tapisserie qu'Arachné venait de broder et frappa la jeune fille au visage. Arachné, morte de peur, s'enfuit, épouvantée. Prise de panique, elle essaya de se suicider. La déesse empêcha la jeune fille de se pendre et de mourir. Elle lui sauva la vie. Toutefois, pour la punir, elle la métamorphosa en araignée (d'où le nom de cette petite bête). Dorénavant, elle passerait tout son temps à filer, suspendue à une toile d'araignée.
arachne2
Voilà la plus ancienne histoire que l'on connaisse à propos d'une couturière.
Personnellement, je crois que je ne crains rien, mais gardons notre modestie en étant toujours plus avides d'apprendre.
   

Repost 0
Published by Lorelyn7 - dans Vie du blog
commenter cet article